WordPress 2.7 bêta (mise à jour)

Nous approchons de la sortie de WordPress 2.7, prévue pour le 10 novembre. La version bêta est disponible en téléchargement depuis ce week-end. L’occasion de faire un point sur cette nouvelle version. Qu’apporte-t-elle? Quels changement devons-nous en attendre?

Les nouveautés de la 2.7

Beaucoup d’articles existent déjà sur le sujet, je ne vous infligerai pas de nouvelles copies d’écran, ni de nouvelles listes. J’ai fait une sélection des billets qui me semblent les plus pertinents ou intéressants.
Voici donc en vrac:

Pour résumer, les deux avancées majeures sont l’interface d’administration, et la gestion des commentaires. L’effort global est avant tout ergonomique.

Quelques remarques personnelles sur cette version

L’interface est en net progrès. Elle est claire, et me semble suffisamment évolutive. Le fait de pouvoir déplacer certains blocs est également très intéressant: nous pourrons disposer d’une interface personnalisée, et optimisée. Mais cette interface n’est pas sans défaut: En fonction de la résolution de l’écran, le menu vertical n’est pas entièrement visible. Nous sommes parfois obliger de scroller pour atteindre certains éléments, ce qui fait perdre du temps.
Toujours au sujet de l’interface, j’aurais aimé une amélioration de l’éditeur, qui reste rudimentaire, et toujours aussi « embêtant » lorsqu’il s’agit de travailler avec des tableaux ou du code source.

Cette version bêta fonctionne déjà très bien, et permet de se faire la main avec cette nouvelle interface. En local, je fais fonctionner mon blog avec cette version depuis quelques jours, et je n’ai rencontré aucun problème de compatibilité ni avec les plugins, ni avec mon thème, ce qui est bon signe. La stabilité est bonne.

A noter que l’interface continue d’évoluer. Elle arbore aujourd’hui, un look « chrome » du plus bel effet.

Edition des articles sous WordPress 2.7

Complément sur les fonctionnalités liées aux commentaires

Je viens de tester les nouvelles fonctionnalités de WordPress 2.7 pour traiter les commentaires dans les thèmes. L’API s’est enrichie de commandes de « haut niveau » assez intéressantes. La commande wp_list_comment, par exemple, remplace plusieurs dizaines de lignes de code nécessaires dans les versions précédentes. Mais elle génère un code HTML vraiment frustre, laissant très peu de liberté pour la mise en forme. L’application de styles est possible, mais compliquée.

Pour contourner ce défaut, il est toujours possible d’écrire quelques lignes de PHP, en surchargeant la classe Walker_Comment, mais cette opération revient à écrire le code que nous écrivions précédemment :-( . Le gain est donc minimum pour le développeur. Dommage.

Conclusion

Cette version 2.7 s’annonce bien: les fonctions apportées sont nombreuses, l’interface s’améliore, et la compatibilité avec l’existant semble excellente. J’ai cependant toujours une petite frustration de ne pas voir de réelles améliorations sur des points que je considère comme faibles: gestion des catégories, éditeur d’articles, gestion des pièces jointes (galeries …), multilinguisme. Il fallait bien mettre la priorité quelque part …

J’ai également une certaine inquiétude sur la complexité croissante de la plateforme: pour moi, l’intérêt de WordPress, est sa simplicité pour les utilisateurs, mais également pour les développeurs. L’augmentation du nombre de fonctions rendra la plateforme moins accessible aux utilisateurs, et une API plus complexe rendra cette même plateforme moins attrayante pour les « développeurs du dimanche » comme moi.

Dernière remarque: jusqu’à présent, les nouvelles versions constituaient de mini-révolutions parce que d’une part, la plateforme de départ était relativement rudimentaire, d’autre part, chacune de ces versions apportaient des fonctions qui manquaient réellement, et enfin parce que les mises à jour demandaient un peu de travail.
Aujourd’hui la plateforme est complète, et performante: nous risquons donc d’être automatiquement déçus par le côté non spectaculaire des sorties: pas de nouvelles fonctions manquants jusqu’à présent, pas de lourdes migrations, pas ou peu de bugs à signaler … Bref, que du banal, la monotonie s’installe ;-) , ce qui ne correspond pas à l’esprit de geeks que nous sommes tous plus ou moins.

Partager cet article