Photos numériques: Organisation des répertoires

Je continue la mise au point de mon processus de gestion des photos. Après avoir discuté des supports de stockage, nous allons maintenant parler de la manière dont les photos sont organisées sur ces supports. Au-delà d’une certaine quantité de photos, une bonne organisation devient primordiale, sans quoi, retrouver des photos devient fastidieux, et les erreurs de manipulation peuvent nous faire perdre des clichés.

Processus

Dans le processus de gestion des photos numériques, la convention d’organisation des répertoires intervient dans les étapes suivantes:

Principe

Mon objectif principal est de rester indépendant des logiciels de gestion de photos, pour des questions de liberté d’une part, et de conservation à long terme d’autre part.

Un simple classement par répertoire ne suffit pas pour gérer une très grande quantité de photos. J’ai cependant cherché une organisation suffisamment claire et lisible, pour pouvoir retrouver des photos, sans utiliser ni logiciel, ni métadonnée.

L’objectif est également de trouver une méthode « systématique »

  • pour que je n’ai jamais à me poser de questions,
  • qui ne nécessite aucune exception. Sur le long terme, les exceptions sont autant d’occasion de ne jamais retrouver les photos.

Plusieurs approches possibles

Concernant la gestion des répertoires, les possibilités sont innombrables. J’en ai identifié quatre principales:

  • libre,
  • par thèmes,
  • par évènements,
  • par date.

Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients:

Méthode Avantages Inconvénients
Libre – Organisation optimisée, adaptée à chaque cas, – A terme, recherches fastidieuses, chaque cas est une exception,
– Nous souviendrons-nous de cette organisation, dans 3 mois, 1 an ou plus? Notre logique de travail sera-t-elle alors, la même qu’aujourd’hui?
Par thèmes – Classement basé sur le contenu,
– Permet une organisation en albums,
– Beaucoup d’exceptions possibles,
– Une arborescence de répertoires permet un classement unidirectionnel (selon un seul paramètre). Que se passe-t-il lorsqu’une photo correspond à deux thèmes?
– Possibilité d’utiliser la notion de liens ou de raccourcis proposée par la plupart des systèmes d’exploitation: les photos stockées à un seul endroit, apparaîtraient dans plusieurs répertoires. Ce système deviendrait vite ingérable, et augmente le risque d’effacement accidentel.
Par évènement – Classement basé sur le contenu,
– Inutile de faire des albums, les photos d’un même évènement sont déjà regroupés.
– Simplification de l’archivage.
– Comment classer les photos qui ne correspondent à aucun évènement particulier?
– Comment organiser les répertoires lorsque l’on atteint plusieurs dizaines « d’évènements »?
par date – Méthode systématique, tout est rangé de la même façon,
– Ordre chronologique possible,
– Nécessiter de connaître la date de prise de vue pour retrouver une photo,
– Les photos d’un évènement durant plusieurs jours, seront « éparpillées » dans plusieurs répertoires.

Rester raisonnable

Gérer des fichiers dans une arborescence semble être vraiment à la portée de tout le monde. Il faut cependant prendre quelques précautions:

  • Attention au trop grand nombre de fichiers par répertoire: Cela engendre des lenteurs lors des accès et un affichage pénible des vignettes. Limiter le nombre de fichiers par répertoire, est également une façon de limiter les risques: Une erreur dans un répertoire de 1000 fichiers aura plus de conséquence que si le répertoire ne contient que 100 images. Enfin, si le répertoire est trop « lourd », il deviendra impossible de le sauvegarder sur un seul CD ou DVD
  • Inversement, un trop grand nombre de répertoires n’est pas conseillé. La navigation devient fastidieuse. Si le nombre de photos par répertoire est faible, la visualisation des images sera fréquemment interrompue pour changer de répertoire. La comparaison de photos sera plus difficile. Attention également à la profondeur de l’arborescence: si vous souhaitez respecter la norme ISO 9660 lors du gravage de CD ou DVD, il ne faut pas dépasser une profondeur de 7 répertoires.
  • Les noms de répertoires ou de fichiers trop longs vont nuire à leur identification,
  • Attention aux caractères spéciaux dans les noms: tous les caractères ne sont pas compris de la même façon, suivant les systèmes (Windows, Linux ou Mac) ou suivant la langue (notamment les langues asiatiques). Pour ne pas avoir de problème, limitez vous aux caractères A-Z, a-z, 0-9, – et _. Cela permet également de rester compatible avec la norme ISO 9660 lors du gravage des CD ou DVD.

Le choix

Après plusieurs essais, j’ai fini par trouver une méthode, qui est un compromis entre le classement par date, et le classement par évènement.

Globalement,

  • Les deux premiers niveaux de l’arborescence correspondent à la date, d’abord l’année, puis le mois,
  • Le troisième niveau correspond à une date ou un évènement particulier: il contient les images finales en JPEG,
  • Des répertoires de quatrième niveau, contiennent les photos RAW d’origine, ou les fichiers ayant servi à des travaux photos (panoramiques, HDR, montage, …).

L’image ci-dessous donne un aperçu de mon arborescence de stockage:

Quelques commentaires:

  • Les dates sont codées sous la forme année mois jour (yyyymmjj), pour que l’ordre chronologique corresponde à l’ordre alphabétique,
  • Dans les noms de répertoire, l’intitulé qui suit la date, reste assez court. Les détails sont plutôt au niveau des noms de fichiers,
  • J’ai découpé l’arborescence en année, puis année mois, pour rendre la navigation plus agréable: les répertoires de niveau 1 ne contiennent que 12 sous-répertoires maximum, et au niveau 2, ce nombre dépasse rarement 15 (et restera de toute façon inférieur à 30/31). Je parcours donc les répertoires sans avoir besoin de scroller, même sur un « petit » écran!
  • La recherche de photo est très rapide:
    • Si je connais la date approximative, j’atteins les photos en trois clics,
    • Si je ne connais pas la date, je fais une recherche de répertoire en utilisant le nom de l’évènement,
  • Le nom du répertoire doit permettre son identification immédiate, même « hors contexte ». Par exemple, le répertoire de stockage des fichiers RAW aurait pu s’appeler RAW ou CR2. Je lui donne pourtant le nom complet du répertoire. Cette méthode est un peu fastidieuse, mais elle fait suite à de mauvaises expériences: il m’est arrivé d’effacer ou de déplacer par erreur des répertoires intitulés CR2! Comment faire pour retrouver le fichier déplacé? Une recherche du nom CR2 va me donner tous les répertoires CR2 existants! Comment faire pour distinguer, dans la corbeille, le répertoire CR2 que je viens d’effacer, parmi une bonne dizaine d’autres répertoires portant le même nom? Avec un nom unique, ces opérations ne prennent que quelques secondes.
  • Je limite le nombre de photos par répertoire à environ 200. Au-delà, le parcours des photos devient vraiment pénible.

A côté de cette arborescence, j’ai crée deux répertoires supplémentaires:

  • Le répertoire travaux contient des montages, ou des travaux particuliers, que je ne peux pas forcement classé par date. Il s’agit par exemple, de calendriers, des posters, des pêles-mêles,
  • Le répertoire Albums contient des albums ou des collections de photos « prêts à visionner ».

Conclusion

L’organisation présentée ne prêtant pas être THE solution. Je vous la propose plutôt comme un retour d’expérience.

Ces principaux avantages sont

  • Une arborescence limitée à 3 niveaux (4 avec les originaux),
  • Une navigation et une recherche simplifiée,
  • Un découpage permettant des manipulations (gravage, archivage, déplacement) par « évènement »

Côté inconvénients

  • Il faut, de temps en temps, créer des évènements fictifs, pour classer les photos qui ne correspondent à aucun évènement précis (du type ‘week-end’, ou ‘promenade parc’ …),
  • Nous n’avons pas de vision d’ensemble des évènements stockés

Je la pratique dans cette version finale depuis quelques mois, et n’ai pas encore rencontré de problème particulier.

Autres articles de cette série

  1. Photos numériques: Utilisation des métadonnées (28 octobre 2008)
  2. Photos numériques: convention de nommage (17 octobre 2008)
  3. Photos numériques: présentation des métadonnées (10 octobre 2008)
  4. Photos numériques: Organisation des répertoires (5 octobre 2008)
  5. Evaluation et sélection des photos numériques (2 octobre 2008)
  6. Processus de gestion des photos numériques (nouvelle version) (28 septembre 2008)
  7. Processus de gestion des photos numériques (2 septembre 2008)
  8. Photos numériques: le stockage (15 août 2008)
  9. Gestion des photos numériques (10 août 2008)

2 thoughts on “Photos numériques: Organisation des répertoires”

  1. Merci pour les compliments.

    Concernant le classement:
    – Je suis d’accord. Tout classement par arborescence ne peut être qu’un compromis. Le classement par date me semble le plus simple, donc le plus gérable. Les autres classements étudiés généraient trop d’exceptions.
    – J’utilise justement les métadonnées pour compléter ce classement. J’y mets principalement le lieu, l’évènement, et les personnes présentes. J’essaie autant que possible de rester standard par rapport à la « norme » IPTC-Core (voir article Photos numériques: Utilisation des métadonnées).
    – Le soucis avec les métadonnées, c’est qu’il n’existe pas encore de produit réellement convivial pour les exploiter correctement. La plupart des produits gère le champ ‘keywords’ et rien d’autre.

  2. Ce classement arborescent correspond à ce que je fait pour mes articles de medecine, sauf qu’il débute par;appareils-thèmes-patho…….c’est très bien.
    Mais le choix de recherche ne repose que sur vôtre mémoire des dates,des noms de lieux ou évènements.
    Il faut être rigoureux dans les saisies.
    Un dictionnaire de saisie me permet de retrouver sans erreur et éventuellement par la bande (3 ou 4 lettres).
    Et  »quid » des métadonnées? et des DSC000X identiques avec un Sony féminin et un Nikon masculin?
    Je n’ai pas lu tout le site mais je vais le faire.

    La nuit demande une attention particulière pour être transmise en photographie. Belles images.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *