Photos HDR: quelques tests

Depuis l’article sur les photos HDR, j’ai réalisé quelques tests, au fil des circonstances. Voici une série de photos qui s’applique bien à cette technique: paysages à fort contraste, avec zones ensoleillées et zones ombragées.

Les photos en elle-mêmes n’ont rien d’extraordinaire, il s’agissait de vérifier que la technologie HDR pouvait ou non, remplacer avantageusement la technique habituelle utilisant couches et masques, que je trouve parfois trop longue et trop contraignante.

Premier cas, une balade dans la cité médiévale de Loches (Indre et Loire)

Photos d'origine
Rue de Loches: Photos d'origine
Résultat
Rue de Loches: Résultat
Photos d'origine
Une autre rue:Photos d'origine
Résultat
Une autre rue: Résultat
Donjon de Loches: Photos d'origine
Donjon de Loches: Photos d'origine
Donjon de Loches: Résultat
Donjon de Loches: Résultat

Second cas, visite de la Tour Eiffel,

Première vue de la Tour Eiffel: Photos d'origine
Première vue de la Tour Eiffel: Photos d'origine
Première vue de la Tour Eiffel: Résultat
Première vue de la Tour Eiffel: Résultat
Deuxième vue de la Tour Eiffel:  Photos d'origine
Deuxième vue de la Tour Eiffel: Photos d'origine
Deuxième vue de la Tour Eiffel: Résultat
Deuxième vue de la Tour Eiffel: Résultat

Troisième cas, visite du château de Chenonceau:

Chenonceau: photos d'origine
Chenonceau: photos d'origine
Chenonceau: Résultat
Chenonceau: Résultat

Commentaires

Le rendu global des photos est assez naturel, mais dans le détail, il y a quand même des choses à dire:

  • Le rendu n’est pas naturel partout: l’intensité du rouge des roses, ou la couleur de la tour Eiffel, par exemple,
  • Un halo clair est parfois visible autour des objets (donjon et Tour Eiffel),
  • Les photos obtenues manquent parfois du « peps » des photos d’origine,
  • Dans des conditions difficiles, le traitement génère un certain bruit dans les zones sombres, comme sur les arbres de la photo de Chenonceau, et les poutres de la tour Eiffel.

Je pense que ces défauts peuvent être réduits en travaillant les paramètres de Tone Mapping.

Pour le reste, mes conclusions restent les mêmes:

  • Le rendu des photos HDR peut être tout à fait naturel, à condition que l’écart d’exposition des clichés de départ ne soit pas trop important,
  • Pour débuter il vaut mieux commencer avec 2 ou 3 photos: des photos supplémantaires qu’à rendre le paramétrage plus difficile,
  • Les automatismes que procurent les logiciels rendent l’opération bien plus simple, et beaucoup moins longue que la technique de masquage classique. Couplé à une prise de vue en mode braketing, il ne faut que quelques secondes pour obtenir une photo correcte.
  • Mais la technique habituelle de masquage permet de sélectionner précisément l’exposition de chacune des zones.

Pour l’instant, les résultats obtenus ne sont pas encore tout à fait satisfaisants, alors je continue mes essais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *