Les monopoles sont fragiles

L’iPhone a représenté 77% des ventes de téléphones mobiles de Orange à Noël!!!

Ok, il ne s’agit que d’une statistique sur un seul opérateur, et uniquement en France, mais ce chiffre montre bien qu’aucune situation dominante, qu’aucun monopole n’est définitif:

  • Si nous nous projetons 4 ou 5 ans en arrière, les acteurs majeures étaient Nokia et Ericsson, qui le laissaient que des miettes à la concurrence: aujourd’hui, nous parlons de HTC, Samsung, LG, BlackBerry, et … Apple,
  • Côté système d’exploitation, nous parlions de l’épouvantail Windows Mobile, de Symbian, et dans une moindre mesure de PalmOs et de Linux. Aujourd’hui, PalmOS est mort, Symbian est moribond, et qui s’intéresse à Windows Mobile, face au système d’Apple, et Androïd …

2 thoughts on “Les monopoles sont fragiles”

  1. Pas si bisounours que cela.
    Sur le fond je suis completement d’accord: les technos vont et viennent, les constructeurs et editeurs egalement. Il font donc clairement mesurer les risques que l’on prend a s’investir dans une techno en particulier.

    La solution serait donc d’utiliser des standards, mais
    – Il en faut,
    – Peut-on se permettre de faire l’impasse sur un machin qui fait 75% de part de marché?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *