Gestion de projets: 11 règles immuables

Si vous avez jeté un oeil sur mon CV, vous aurez noté que je suis actuellement chef de projet, métier très éloigné de WordPress, des blogs et des considérations sur le Web 2.0, mais métier néanmoins très intéressant. Depuis des années, certains essaient de nous rendre la vie plus facile, en créant de nombreuses méthodes, toutes extrêmement sérieuses et dont l’objectif est de nous aider à terminer nos projets dans les temps et les budgets. Mais aussi rigoureuses que soient ces méthodes, je ne connais pas de projet qui n’ai pas dérapé à un moment donné. Il faut dire qu’au-delà des méthodes, les projets obéissent à des lois bien plus puissantes … Je vous en présente quelques-unes.

Concernant le développement des logiciels

Loi de Brooks
Ajouter des développeurs à un projet qui est déjà en retard, le retarde encore plus
Chuuut! Il ne faut surtout pas le dire aux contrôleurs de gestion à qui vous demandez une rallonge pour des staffer l’équipe.

Loi de Conway
Tout logiciel reflète l’organisation qui l’a créée.
Cette loi me plaît bien, et elle a des conséquences innombrables, comme par exemple, plus grosse sera l’entreprise, plus complexe sera le projet.

Loi des 90/90
90% du code produit nécessite 90% du temps de développement. Les 10% du code restant prendront également 90% du temps de développement.
Pas vraiment en ligne avec Pareto, mais tellement vrai.

Loi de Wirth
Les logiciels s’alourdissent plus vite que ne progressent les performances du matériel.
Je me demande s’il ne s’agit pas plutôt une loi de Bill G.

Loi de Bram
Les logiciels les plus simples sont, en pratique, les moins bien codes.
Nous connaissons tous au moins une application indispensable, développée en quelques heures par un stagiaire, et que personne n’ose maintenir tellement le code est incompréhensible.

Concernant les projets en général

Loi de Fitts
Le temps pour atteindre un objectif dépends de la distance et de la taille de celui-ci.
En d’autre terme, le meilleur moyen d’arriver à gérer un projet de grande taille, et de le découper en morceaux de petites tailles à réaliser rapidement.

Loi de Golub
Un projet mal planifié prend trois fois plus de temps que prévu, alors que le même projet, bien planifié, n’aurait pris que deux fois le temps prévu.
Concrètement, au bout d’un moment, il ne sert plus à rien de planifier, il faut y aller (c’est mon chef qui va être content d’entendre ça 😉 ).

Loi de Hofstadter
Une tâche prends toujours plus de temps que prévu, même si vous prenez en compte cette loi.
Il y a un côté récursif dans celle-ci qui me plaît beaucoup.

Loi de Cheops
Rien n’est jamais construit selon le planning ou le budget.
Et ils en connaissent un rayon les égyptiens en terme de gros projets.

Loi de Tesler
Vous ne pouvez pas réduire la complexité d’une tâche donnée au-delà d’un certain point. Une fois que vous avez atteint ce point, vous ne pouvez qu’ajuster la charge pour la réaliser.

Loi de Hartree
Quel que soit l’état d’un projet, le temps que son responsable estime nécessaire pour le terminer est constant.

Conclusion

Si vous êtes en phase de planification d’un projet, reprenez les durées, multipliez les par 2, puis par 1,5. En tenant compte des lois ci-dessus, vous aurez certainement du retard, mais il se verra moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *