Géolocaliser ses photos avec un BlackBerry Bold

La géo-localisation est un sujet à la mode en ce moment. Cette technique permet de déposer des photos sur les cartes de sites comme Flickr, Google Picasa, mais surtout de tagger les photos avec des informations de lieux permettant de mieux identifier ou retrouver les photos par la suite. Différentes solutions existent, parfois coûteuses.
En cherchant à exploiter le GPS de mon BlackBerry Bold, je suis tombé sur deux logiciels, GPSed, puis GpicSync, dont l’association permet de tagger très facilement mes prises de vue.

GPSed

Cette application n’a aucun lien avec la photo. Il s’agit avant tout d’un logiciel exploitant la puce GPS des smartphones, pour

  • récupérer les coordonnées géographiques longitude, latitude, altitude …
  • mémoriser/stocker ces informations dans un fichier.

Cette application fait partie d’une offre globale de service autour de la géo localisation (voir le site de l’éditeur). Elle existe deux versions: une version Pro, payante, et une version standard gratuite. GPSed est disponible pour différentes plateformes, dont BlackBerry, Windows Mobile, iPhone ou Symbian.
En plus des informations géographiques déjà citées, l’application peut servir de boussole, ou de tachymètre. Toute l’application tient sur quatre écrans. Le passage d’un écran à l’autre se fait grâce au trackball du BlackBerry.

Lorsque l’on active un tracking, le logiciel demande si l’on souhaite partager sur internet, les informations collectées. Sur la version Pro, ce partage peut se faire directement avec des services comme Facebook, ou Twitter.
En pratique:

  • Le suivi GPS est relativement précis, quelle que soit la vitesse de déplacement (randonnée pédestre, ou déplacement en voiture),
  • La fréquence d’échantillonnage est d’environ 10 / minute,
  • Les indications de vitesses sont précises (informations cohérentes avec les indicateurs de vitesse de ma voiture),
  • J’ai plus de doute concernant l’altitude (Tours à la même altitude que Grenoble !!!),
  • Les fichiers de tracking peuvent être stockés sur une carte mémoire, et le logiciel dispose d’une fonction de conversion de ces fichiers au format GPX.
  • Finalement l’activation du GPS, et du tracking n’est trop consommatrice de batterie. L’autonomie est moins impactée qu’avec le Wifi ou le Bluethooth,

GpicSync

Cette application fonctionne avec Windows, Linux et MacOS, sous license GPL.
Le fonctionnement de l’application est assez simple:

  • A partir d’un fichier au format GPSX, et d’un répertoire,
  • L’application géo-localise (tags EXIF / IPTC) toutes les photos JPG et/ou RAW situées dans le répertoire spécifié.

GpicSync peut également générer des fichiers Google Earth (KMZ / KML), ou Google Map.
En pratique:

  • L’application est simple à utiliser,
  • Les opérations demandent un minimum d’intervention,
  • Par défaut, seules les coordonnées GPS sont inscrites, il faut donc vérifier les options avant de commencer la procédure,
  • Les champs utilisés sont ceux de la norme IPTC (Pays, région, ville, …),

Le principal inconvénient du logiciel vient de la précision des informations inscrites:

  • Pour le pays, la région, la ville, tout va bien,
  • Pour le reste, nous n’avons qu’une indication du type: « 1,8 Kms du centre ville ».

Ce type d’indication n’est absolument pas intéressante dans le cadre d’une indexation. Nous cherchons plutôt à avoir des mots-clés du type « Plage », « Maison Grand-parents », « Ecole », « Forêt de … ».

Conclusion

GPSed est un outil simple, et efficace. Sans cartographie associée, son usage est forcement restreint. Mais il peut servir, à des randonneurs, ou des voyageurs souhaitant par exemple, calculer la distance parcourue, ou leur vitesse moyenne. Associé à GpicSync, le logiciel permet également la visualisation du trajet parcouru, grâce à la liaison avec les outils Google.
D’un point de vue géographique, l’opération a-t-elle une valeur ajoutée? La réponse dépend des objectifs.

Si l’opération vise à charger les images dans des outils comme Google Earth, Google Maps, Flickr … alors l’association de ces deux outils est très efficace, puisque quasiment automatique.

Ce n’est pas le cas si votre but est de tagger les photos avec des informations suffisamment pertinentes pour être utilisées ensuite dans des outils d’indexation, ou de recherche:

  • d’abord tagger manuellement des photos avec des informations de lieux, est souvent assez rapide: nous sélectionnons un grand nombre de photos en même temps, avant de les tagger avec 4 champs,
  • Ensuite, les lieux indiqués doivent avoir une signification « symboliques » (nous marquons rarement « 38 impasse des Muriers », mais plutôt « Maison parents »). Hors le logiciel ne connaît pas ses subtilités: les informations trouvées sont purement géographiques.

Je n’utiliserai donc pas cette méthode pour l’instant, une saisie manuelle des tags de localisation étant plus efficace. Mais je garde un oeil cependant sur le logiciel GpicSync, dont le potentiel peut encore évoluer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *