Formule1: que dire de la saison 2009?

Pour la deuxième année consécutive, je vais jouer au commentateur sportif, en essayant de dresser un bilan de la saison 2009 de Formule 1. Et le moins que l’on puisse dire est que cette année a été un peu « spéciale », pour ne pas dire « bizarre »: une hiérarchie complètement bouleversée, de nouvelles équipes, des polémiques à répétition … Bref, beaucoup de choses se sont passées, et pas uniquement sur les circuits.

L’année sportive

D’un point de vue purement sportif, j’avoue être assez indécis pour qualifier cette année 2009.

Certes, nous ne pouvons que nous réjouir de voir une écurie comme Brawn GP, et un pilote comme J. Button gagner leur championnat respectif. Nous espérions tellement voir autre chose que le trio habituel Mc Laren / Ferrari / Renault.

Je trouve que la victoire de J. Button apporte autre chose … un peu de fraîcheur, un esprit plus humain et décontracté que celui de ces prédécesseurs.

Mais quel manque de panache ! Après avoir écrasé sans aucun suspense le premier tier du championnat, J. Button a tranquillement géré les deux tiers restants. Gérer est d’ailleurs un bien grand mot: en trop grand nombre, les adversaires, n’avaient aucun chance de le rattraper.

Je n’appréciais pas particulièrement M. Schumacher lorsqu’il exerçait, mais je me rend compte aujourd’hui, combien il manque quelqu’un de son niveau. Avec lui (comme avec A. Senna, ou A. Prost), il se passait toujours quelque chose … même s’il était largement en avance au championnat, et même s’il ne disposait pas de la meilleure voiture du plateau.
Pour le reste, les problèmes de fond subsistent: Combien de grand prix nous ont réellement tenu en haleine? Combien de fois avons-nous assisté a des bagarres dignes d’intérêt? Certes les écarts sont moins importants que les années précédentes, mais nous ne voyons toujours pas de dépassement.

Comme les années précédentes, les seuls grand prix intéressants sont ceux qui se déroulent sous la pluie. K. Kobayashi, J. Button et M. Webber nous ont, quand même, donné un aperçu de ce que pourrait être un grand prix intéressant, mais uniquement sur les 5 derniers tours du dernier grand prix.

Pourtant les changements de règlements sont plutôt positifs: les écarts entre les écuries sont beaucoup moins importants qu’auparavant. Du coup, on se retrouve un peu comme dans les championnats des années 70: un grand nombre de pilotes peuvent atteindre le podium, voire la première marche. Et effectivement, à part Williams, et Toro Rosso, toutes les autres écuries ont placé au moins une voiture dans les trois premiers.

Dans les paddocks

En dehors des pistes, le spectacle est tout à fait consternant, voire nauséabond. Le nombre et la gravité des « affaires » sont édifiants:

  • La polémique du double diffuseur, refusé à certains, autorisé à d’autres,
  • L’affaire Renault, avec l’accident organisé à Singapore 2008,
  • Les propos de B. Ecclestone dans la presse (sur les dictateurs),
  • La longue « négociation » entre les équipes et la fédération,
  • L’éviction de M. Mosley pour arriver à conclure cette fameuse négociation,
  • Les hésitations des commissaires sur certains grand prix.
  • Les réclamations a répétition

Peut-on encore regarder un grand prix sans penser à ces mascarades?

J’ai la sensation que depuis l’histoire des plans « volés », nous assistons à des règlements de compte à répétition: R. Dennis et les fameux plans, M. Mosley et les fameuses photos, M. Mosley encore qui part en échange d’un accord entre fédération et constructeurs, F. Briatore qui saute pour … A quand le prochain.

Un mot a propos des réclamations: pour moi, les commissaires et la fédération doivent prendre leurs responsabilités. Les voitures sont vérifiées par les commissaires. A partir du moment ou ils autorisent la voiture à se placer sur la grille de départ, je ne vois pas comment ils peuvent ensuite la disqualifier. Au pire, il faut lui interdire les grands prix suivants. Mais faire courir un pilote, avec les risques que cela comporte, puis attendre plusieurs semaines pour savoir si les résultats seront validés ou pas, est une méthode plus que discutable.

Parlons un peu des négociations entre constructeurs et fédérations? D’un côté les constructeurs ne veulent pas une baisse des budgets, et de l’autre BMW et Toyota quittent la Formule 1 pour des raisons de rentabilité … Qui croire?

J’ai l’impression que les grands constructeurs considèrent que leur seule présence en Formule 1, leur donne droit à une exposition médiatique automatique: « nous participons à votre championnat, laissez nous gagner de temps en temps ! »

La nomination de J. Todt à la tête de la fédération est presque passée inaperçue dans ce vacarme général. Que peut-on attendre de cette nomination? Pas grand-chose je le crains ! Je n’ai rien contre l’homme qui a accompli de très grandes choses, mais je ne vois pas comment la fédération peut être complètement impartiale, alors qu’elle a, a sa tête, un homme qui a donné 10 ans de sa vie à une des top team du F1 circus, ce même top team qui a mené la fronde contre la fédération toute cette année …

2010 ?

J’avoue être assez inquiet pour l’année 2010.
Il y a encore des incertitudes sur le règlement, la liste des équipes présentes n’est pas encore définitive, et je ne parle même pas de la liste des circuits …

Toutes ces incertitudes nous promettent encore de belles polémiques, dès le début de la saison.

Avec l’arrivée des nouvelles équipes, non affiliées à des constructeurs, je crains de voir des courses comme dans les années 80 / 90, ou nous avions 90% des voitures réduites à de simples chicanes mobiles, tant la différence de performances était importante, entre les voitures des top teams, et les autres. Espérons que cela ne soit pas le cas.

Conclusion

En dehors de tous ces commentaires, une chose m’étonne vraiment: la capacité de changement de ce sport est absolument considérable. Entre les règlements qui changent radicalement d’une année sur l’autre, les équipes qui apparaissent / disparaissent, les nouveaux circuits … quel autre discipline peut prétendre s’adapter aussi rapidement.

Comme je suis un incurable de ce sport, je regarderai certainement quelques grands prix de la saison 2010, mais si les choses ne s’assainissent pas un peu, je m’arrêterai là.

D’un point de vue sportif, le côté « croustillant » viendra très certainement des confrontations F. Alonso / F. Massa d’un côté, et L. Hamilton / J. Button de l’autre. Les résultats des uns et des autres devraient faire beaucoup jaser. A part F. Massa, nous aurons trois champions du monde qui auront beaucoup à perdre de la comparaison avec leur co-équipier …

2 thoughts on “Formule1: que dire de la saison 2009?”

  1. Concernant la F1:
    La F1 n’a quasiment pas bouge pendant 20 ou 30 ans. Certes elle a evolue techniquement (turbo), mais seuls les accidents mortels ou spectaculaires faisaient evoluer les reglements (Lauda, Villeneuve, Senna).
    Depuis 4 ou 5 ans, a cause des tensions economiques, l’arrivee des constructeurs qui visent avant tout une couverture mediatique, une forte baisse de la frequentation des circuits, une baisse moins importante de l’audimat, la F1 se cherche un nouveau souffle, sans le trouver: deplacement des circuits vers l’Asie, nouveaux reglements, … L’instabilite des reglements est quand meme symptomatique d’un certain malaise: une annee sur deux les ravitaillements sont autorises, une annee sur deux les regles concernant les pneus changent, …

    Je ne suis pas tout a fait d’accord avec toi sur le changement des monoplaces: je pense que l’on peut faire des choses, mais que cela implique un changement radical qui pourait perturber les spectateurs. Le carenage des roues par exemple ou la diminution de l’aileron avant, diminuerait certains risques. Si les voitures ne se doublent pas aujourd’hui, c’est qu’elles ont quasiment toutes les memes caracteristiques de freinage, et que dans ces phases là, la qualite du pilotage n’intervient plus autant qu’avant. Si les voitures etaient beaucoup moins stables, les vitesses seraient certainement moins importantes, mais la qualite du pilotage ferait beaucoup plus la difference. Le probleme est qu’il faudrait egalement adapter les circuits (couts).

    Face a cela, d’autres championnats se developpent, je pense particulierement au WRC. Le fait que des pilotes comme Raikonen et Kubica s’interessent au WRC est assez revelateur, et peut faire reagir les dirigeants de la F1. Cela veut dire en effet que le WRC devient interessant, sportivement d’abord, mais egalement d’un point de vue mediatique.

    Je me demande si finalement, l’interet de ce sport ne reside pas dans les personnalites qui l’anime: que regrette-t-on dans la F1? les grandes bagarres Arnoux/Villeneuve, Piquet/Prost, Senna/Prost, Schumacher/Alonso (moins d’accord avec le dernier) … Qui dit que l’annee 2010 ne sera pas interessante justement grace aux couples Hamilton/Button et Alonso/Masa?

    Pour les trackbacks: leur interet est que les lecteurs du site que tu pointes, decouvrent ton site via le lien. Si tu peux analyser l’origine des visites, regardes si certaines viennent de chez moi.

  2. Je suis moi aussi incurable de ce sport. Je regarderai donc la saison 2010 mais comme cette année, je prêterai beaucoup plus attention aux championnats inférieurs ou étrangers qu’a la F1.

    C’est dommage que les décideurs ne fassent pas preuve d’un peu plus d’humilité et ne s’inspirent pas des autres championnats, il y a beaucoup à prendre.

    Par exemple, je pense que la différence de performance pneus tendres/pneus durs est à augmentée mais, à l’image du V8 Supercars, ne pouvoir utiliser qu’une seule fois les tendres (même si eux doivent choisir en plus s’il les utilisent sur la première ou la deuxième course). Leurs pneus tendres (sprint tires) ont une durée de vie très limité mais sont jusqu’à 2 secondes plus rapides sur certains tracés et le spectacle s’en ressens. Certains pilotes gagnent des fois jusqu’à 8-10 places avec ces pneus !

    Je pense aussi qu’ils devraient mettre le KERS sur toutes les voitures ou aucune, pas à moitié.

    Cela dit, il y a une chose qu’ils ne pourront jamais changer, ce sont des monoplaces. Le moindre contact ruine tout espoir de bien figurer et les pilotes se brident forcement contrairement au WTCC, DTM, GT ou V8 Supercars où l’on peut se permettre quelques écarts.

    Comme tu le dis aussi, il y a un effort a faire pour les commissaires également. J’ai jamais compris pourquoi il fallait attendre 3 ou 4 GP avant qu’ils donnent leur verdicts (à moins que ce ne soit pour faire monter l’audience parce que la situation leur plaisait bien).

    On arrive du coup sur la question de ce qui se passe hors-piste, je craint malheureusement que la F1 ne soit pas que sportive mais aussi beaucoup politique.

    F1 à part, je suis content que ma trackback sur ton ancien billet ai fonctionné. Je n’avais pas compris le principe à la création de mon blog et l’avais désactivé mais c’est en fait plutot pas mal 😉
    Par contre je suis pas sûr que beaucoup de lecteurs de mon blog soient venu lire les articles que j’avais pointé 😮

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.