Formule 1: bons débuts pour la saison 2009

J’avais publié en Novembre dernier, un bilan de l’année 2008 de Formule 1, en étant finalement assez sévère sur l’organisation.
Les changements de réglementation 2009 nous a montré la capacité de ce sport à se transformer pour survivre, et surtout la performances des ingénieurs et des pilotes à s’adapter des changements parfois radicaux.

Le terme de révolution, souvent employé dans la presse me semble trop fort. Mais il est clair que les changements sont profonds, ce qui est nouveau: La Formule 1 nous avait trop longtemps habitués à des changements par petites étapes, qui finalement n’apportaient rien de vraiment nouveau.

Pour résumer la nouvelle réglementation:

  • Les règles concernant les ailerons avants et arrières sont plus contraignantes, et conduisent globalement à une diminution des appuis aérodynamiques,
  • Tous les appendices aérodynamiques disparaîssent,
  • Nous revenons à des pneus lisses,
  • Le nombre de moteurs disponibles pour une saison est réduit à 8 par voiture, et 4 pour les tests,
  • Ces moteurs sont bridés à 18 000 tours,
  • Il faudra faire 4 grand prix avec une seule boîte de vitesse,
  • Les essais privés pendant la saison, sont interdits.

Les objectifs de ces nouvelles règles sont de deux ordres:

  • Elles rendent l’accès à la Formule 1 moins exigeant financièrement,
  • La diminution des appuis aérodynamiques conduira à renforcer le rôle du pilote: les dépassements seront plus faciles, les voitures seront moins perturbées par les turbulences des voitures qui les précèdent, mais il faudra certainement savoir mieux gérer l’usure des pneus, surtout à l’arrière.

Après le grand prix d’Australie, les premiers constats sont plutôt encourageants:

  • La hiérarchie habituelle est complètement remise en cause,
  • Toutes les voitures sont très proches en performance.

Je me méfie toujours des premiers grands prix qui sont rarement significatifs de la saison.
Cependant, si les voitures sont aussi proches, pendant l’année, qu’elles l’ont été en Australie, nous aurons un championnat comme dans les années 70, avec 4 ou 5 prétendants au titre, au lieu de 2 (ou un seul).

Mais les « grandes » écuries devraient certainement réagir. Si l’on regarde attentivement les résultats de dimanche dernier, on ne peut pas dire que McLaren soient si loin que cela des Brawn. Je suis plus inquiet pour les Ferrari …

Le bilan des changements est donc globalement positif. Je regrette seulement deux choses: les voitures sont « moches », et le plateau manque cruellement de pilotes comme Schumacher ou Senna. Je n’appréciais pas spécialement ces deux pilotes, mais ils étaient capables de créer l’évènement, même avec une voiture « en dessous ». Les pilotes 2009 me semblent un peu ternes par rapport à ces deux là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *