Flash: diffuser / réfléchir la lumière

Pour des raisons pratiques (transport, stockage, …), les flashes de reportage sont de taille réduite. La surface émettrice est donc limitée, ce qui amène certains inconvénients: la lumière est mal répartie, plutôt dure, et les ombres sont visibles et marquées. Il existe différentes solutions pour contourner ces défauts, basées sur deux principes: la diffusion et/ou la réflexion de la lumière.

L’objectif est à chaque fois d’augmenter la surface émettrice du flash. Le postulat est simple: plus la surface émettrice est importante, meilleure sera la lumière (plus douce, moins directionnelle …).

Avec un flash de reportage, nous avons essentiellement trois méthodes:

  • Réfléchir la lumière sur une surface située à proximité (un plafond par exemple). Il suffit pour cela d’orienter la tête du flash vers cette surface,
  • Réfléchir la lumière sur un dispositif monté sur le flash,
  • Diffuser la lumière à travers un dispositif monté également sur le flash.

Nous allons maintenant regarder comment utiliser chacune de ces méthodes. J’ai essayé à chaque fois de donner les avantages et les inconvénients, toujours basés sur mon expérience personnelle.

Utiliser l’environnement

L’objectif ici, est d’utiliser un élément réfléchissant de notre environnement. Il peut s’agir d’un plafond, d’un mur, d’un rideau, de la robe de notre voisine… Il faut donc disposer d’un flash externe, muni d’une tête orientable.

Pour ne pas trop faire dériver les couleurs de la scène, et préserver la balance des blancs, il est préférable que cette surface soit proche du blanc, mais le choix d’une surface de couleur peut amener des effets intéressants.

Avantages:

  • Pas besoin d’outil ou de matériel supplémentaire,
  • Rapidité de mise en œuvre,
  • Suppression de la plupart des ombres disgracieuses.

Inconvénients:

  • Il faut disposer d’une surface à proximité, ce qui n’est pas forcement évident. Il ne suffit pas d’avoir un plafond blanc, par exemple, il faut également qu’il ne soit pas trop haut, et relativement réfléchissant,
  • Si la surface utilisée n’est pas blanche, la balance des blancs peut être très vite impactée. Et surtout, si nous n’utilisons pas la même surface à chaque cliché, cette balance des blancs variera d’une photo à l’autre, de qui impliquera une post-production lourde,
  • Il faut changer l’orientation de la tête du flash, à chaque fois que l’on change l’orientation du boîtier: cela fait perdre du temps, et n’est pas forcement bon pour le matériel.

Les règles de la photographie continuent de s’appliquer, notamment celle du nombre guide. Il faut simplement tenir compte de deux facteurs:

  • La distance à prendre en compte n’est plus la distance entre le flash et le sujet (puisque la lumière est réfléchie),
  • La séparation entre exposition flash et exposition lumière ambiante n’est plus tout à fait aussi claire.

Comme indiqué dans le schéma ci-dessous, la distance a prendre en compte, est la somme des distances flash-surface et surface-sujet.

Utiliser le plafond comme réflecteur

Pour moi, la séparation des expositions flash et exposition lumière ambiante n’est pas aussi nette qu’avec un éclairage direct: elle dépend de la situation. Dans un salon avec un plafond blanc, par exemple, la lumière réfléchie va « arroser » la moitié de la pièce, et va réduire ainsi l’influence de la lumière ambiante. Dans une pièce plus grande, l’influence du flash sera comparable à celle constatée habituellement. Il faut donc faire quelques essais et vérifier les résultats en début de « session », pour éviter les déconvenues.

Réfléchir la lumière

Dans ce cas, nous cherchons toujours à agrandir la surface émettrice en réfléchissant la lumière émise par le flash, mais en utilisant un système monter directement sur celui-ci.

Réflecteur
Réflecteur

Avantages:

  • Le système fonctionne quelle que soit l’orientation du boîtier,
  • La surface réfléchissante est en général blanche, nous n’avons pas de dérive de la balance des blancs. Certains modèles de réflecteurs permettent de choisir la surface réfléchissante et donc d’influencer la balance des blancs,
  • L’utilisation du réflecteur impacte la puissance du flash, mais de façon moins importante que les deux autres méthodes.

Inconvénients:

  • Même si elles sont largement estompées, certains ombres subsistent,
  • A de faible distance, la lumière reste dure,
  • L’équipement est peu discret: il ne faut pas craindre quelques moqueries (en rapport avec la taille du réflecteur) …
Réflecteur avec accessoires
Réflecteur avec accessoires

Les règles de photographie au flash s’appliquent de la même façon qu’avec un éclairage direct. La distance a prendre en compte, notamment, est la même. La séparation entre exposition au flash, et exposition à la lumière ambiante est tout à fait similaire.

Diffuser la lumière

L’objectif est toujours d’augmenter la surface émettrice, mais la méthode consiste ici à faire passer la lumière à travers une membrane translucide.

Diffuseurs pour flash cobra et flash interne
Diffuseurs pour flash cobra et flash interne

Avantages:

  • Cette solution est la seule possible pour les flashes intégrés aux boîtiers,
  • Le système fonctionne quelle que soit l’orientation du boîtier,
  • La surface translucide ne change pas la couleur de l’éclair du flash: nous n’avons donc pas de dérive de la balance des blancs,
  • La lumière fournie est en général plus douce qu’avec les autres solutions (particulièrement le réflecteur).

Inconvénients:

  • Même si elles sont largement estompées, certains ombres subsistent,
  • L’équipement est peu discret: même problème qu’avec les réflecteurs …
  • L’utilisation d’un diffuseur impacte significativement la puissance de la lumière émise.
Le célèbre diffuseur lighSphere de Garry fong
Le célèbre diffuseur lighSphere de Garry fong

Les règles de photo au flash s’appliquent de la même façon que dans le cas d’un éclairage direct.

Correction d’exposition flash

Les trois solutions impactent la portée du flash. La solution pour compenser cette perte consiste à effectuer une correction d’exposition flash (uniquement flash), en ajoutant, par exemple, +2/3 d’IL ou +1 IL.

Correction +1/3 d'IL sur un Canon 430EX

Si vous utilisez un diffuseur ou un réflecteur, ce décalage peut être constant (puisque les conditions ne changent pas). Si vous utilisez les surfaces réfléchissantes de votre environnement, l’idéal serait de changer la correction à chaque changement de surface !

Quelques tests

J’ai effectué quelques tests avec le matériel que j’avais a disposition:

  • comme référence j’ai pris le flash direct (en mode TTL),
  • Flash réfléchie sur le plafond, tête verticale,
  • Flash réfléchie sur le plafond, avec une orientation de 75°,
  • Flash orienté vers le plafond + Carte de visite,
  • Diffuseur Pixco (acheté sur e-Bay),
  • Diffuseur Lumiquest SoftBox II (en prêt le temps des tests),
  • Réflecteur Lumiquest 105 Pro Max System.

A chaque fois, j’ai déclenché en mode P (200 ISO), et en mode manuel (1/250, f/5.6, ISO 200). Dans les deux cas, le flash est resté en mode TTL.

Que peut-on dire de ces tests?

  • Les ombres sont le principal inconvénient de l’éclairage direct,
  • En lumière diffusée ou réfléchie, les différences entre le mode P et le mode M sont moins importantes qu’en éclairage direct,
  • L’orientation de la tête du flash vers le plafond est la seule méthode qui gomment complètement les ombres, mais l’atténuation est relativement forte,
  • L’orientation à 75°, l’atténuation est moins prononcée, mais les ombres ré-apparaissent,
  • L’ensemble « orientation vers le plafond + carte de visite »  donne finalement un résultat plutôt intéressant. La lumière est moins douce que dans les deux cas précédents, sans avoir les ombres disgracieuses. Ce système n’est d’ailleurs pas sans rappeler le petit diffuseur escamotable du Canon 580 EX,
  • Les diffuseurs atténuent assez fortement la lumière du flash. La softbox s’en sort mieux,  que le petit modèle Pixco. Mais dans les deux cas, les résultats sont plutôt moins bons qu’avec les autres techniques.

Quelle méthode choisir?

Il me semble irréaliste d’envisager d’utiliser une seule méthode, simplement parce que toutes ne s’appliquent dans tous les cas, ou leur confort d’utilisation peut varier d’une situation à une autre.

En intérieur
L’idée première est d’utiliser le plafond, ou les murs lorsqu’ils sont clairs. Cette méthode est effectivement très efficace, mais nécessite de tourner la tête du flash, dès que l’on change l’orientation du boîtier.

Le diffuseur fournit une lumière plus douce, mais l’atténuation est assez forte. Il me semble adapté aux portraits, ou à des photos ou le photographe est assez proche de son sujet. Je pense que les diffuseurs apportent leur vrai potentiel avec un flash puissant.

Le réflecteur constitue, pour moi, l’outil le plus polyvalent. Il évite la rotation du flash, à chaque rotation du boîtier, et avec une faible atténuation, le flash reste efficace avec la distance. Inversement, à faible distance, il a les mêmes inconvénients que le flash direct.

En extérieur

Nous disposons rarement d’une surface réfléchissante en extérieur. Il ne nous reste donc que les deux autres solutions. Là encore, le choix dépend des circonstances.

Les réflecteurs sont particulièrement adaptés au cas ou la lumière ambiante est dure/intense. Les diffuseurs ne pourront s’exprimer que dans les cas ou la lumière ambiante est plus douce.

En journée, l’objectif du flash est plus de faire du fill-in que de compenser une lumière déficient. Dans ce cas, l’éclairage direct ne pose pas trop de problème, à condition que la lumière générée par le flash ne soit pas trop puissante. Un décalage de l’exposition flash de -1/3 d’IL à 1 IL peut être suffisant, et éviter ainsi de se balader avec un accessoire supplémentaire.

Mon choix personnel

Après différents essais, j’ai fini par choisir

  • Le plafond, qu’en il existe, qu’il est blanc, et que je n’ai pas trop a bouger, ou a passer du mode portrait au mode paysage. Comme expliqué plus haut, le plafond donne vraiment de très bons résultats, encore meilleurs s’il est accompagné d’une carte de visite. Un décalage d’exposition de +2/3 d’IL
  • Le réflecteur Lumiquest 105 Pro Max System, qui est, avant tout un réflecteur, mais qui peut se transformer en diffuseur en cas de besoin. En l’abscence de surface réfléchissante, le réflecteur reste, pour moi, l’outil le plus polyvalent.
Réflecteur Lumiquest Pro

A noter que ce réflecteur est livré avec différentes plaques (or, argent, et blanc), mais que je ne me sers que de la plaque blanche, pour deux raisons:

  • Je n’aime pas tellement les teintes obtenues avec les plaques or et argent (trop chaudes ou trop froides),
  • A ce stade de mon apprentissage, je préfère limiter les paramètres. Pour la balance des blancs, je joue sur la vitesse d’obturation.

En extérieur, j’utilise plutôt un éclairage direct, en décalant l’exposition au flash (j’insiste l’exposition du flash, pas celle du boîtier) de -2/3 d’IL.

Conclusion

Diffuser ou réfléchir l’éclair du flash représente une méthode simple et rapide pour améliorer significativement les photos au flash. Ces méthodes atténuent la dureté de la lumière générée, et réduisent les ombres.

Pour ceux qui disposent d’un flash cobra dont la tête est orientable, la méthode la plus efficace est d’utiliser les surfaces réfléchissantes de son environnement (plafond, mur par exemple).

Ceux qui ne disposent que de leur flash intégré, la première étape peut être de placer devant leur flash, un élément diffusant (une feuille de papier calque par exemple).

Références

Autres articles de cette série

  1. Inverser la loi de carré inverse (2 décembre 2010)
  2. Photo au flash: 8 règles contre 1 schéma (30 juin 2010)
  3. Photo au flash: le flash déporté (18 juin 2010)
  4. Photo au flash: exposer pour la lumière ambiante (12 mai 2010)
  5. Flash: diffuser / réfléchir la lumière (2 mars 2010)
  6. Photo au flash: 8 principes fondamentaux (21 janvier 2010)
  7. Photo au flash: le matériel (22 septembre 2009)
  8. Photographie au flash (Introduction) (21 septembre 2009)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *