Au revoir Monsieur Steve Jobs

Le décès de Steve Jobs la nuit dernière, marque les esprits, et fait l’objet d’une couverture médiatique certainement sans précédent pour un patron d’entreprise de ce secteur, ce qui montre combien il a marqué son époque.

Je ne suis pas un Apple / Steve Jobs maniac, mais il faut reconnaître que l’annonce de sa disparition m’a plus affecté que je ne l’aurais pensé. J’ai réalisé, en fait, que Steve Jobs a été omniprésent pendant presque 30 ans de ma vie personnelle, et pendant l’intégralité de ma vie « informatique »: Je fais partie de la génération née avec l’informatique personnelle: J’étais au collège quand la micro-informatique est apparue, et que j’ai fait mes premières armes avec un Apple IIe.

J’ai donc vu l’évolution de cette discipline, et ce que Steve Jobs y a apporté, à commencer par l’interface graphique: nous étions des milliers à nous battre, à coup d’assembleur, pour tenter de rendre lisible et ergonomique, un écran texte de 24 lignes et 80 colonnes, pendant que d’autres travaillaient déjà avec une vrai interface graphique, et une « API » .

S’il fallait résumer ce qu’il a apporté, je dirais deux choses:

  • Des produits construits autour d’une ergonomie (et non une ergonomie « arrangée » à partir d’un produit),
  • Des produits accompagnés d’un concept, et d’un modèle économique.

Parce que l’iPod seul n’aurait certainement pas marqué les esprits. Mettre un disque dur dans un boîtier, Archos l’avait fait avant. La vrai révolution réside dans l’ensemble iPod/iTunes. Difficile de mesurer l’avance qu’il avait: aujourd’hui encore, 10 ans après la sortie du premier iPod, l’industrie musicale cherche toujours à vendre du CD !

Je pense que, finalement, son succès réside autant dans sa créativité, que dans son exigence / intransigeance: Il est allé au bout de ses idées, au bout des concepts, là ou d’autres ne faisaient que les effleurer. L’iPhone n’est pas sorti seul: il est sorti avec l’appStore, avec un modèle économique, qui en ont fait autre chose qu’un simple smartphone.

On peut critiquer, ou ne pas apprécier ce qu’est devenu Apple: l’écart est grand, en effet, entre l’image qu’en a le grand public (société cool, défenseur des utilisateurs), et l’image qu’en ont les professionnels (système fermé, propriétaire, …), mais qu’a-t-il fait d’autre que son boulot de patron d’entreprise. En 10 ans, Apple est passé de l’état de société moribonde/ marginale, au statut de premier consommateur de semi-conducteur, au statut d’une société qui compte, et qui a le poids financier et technique de faire plier des géants comme Adobe, Microsoft, ou Nokia.

Et il faut reconnaître que même ceux qui n’ont jamais acheté de produits Apple, même ceux-là disposent d’au moins un produit concurrent qui s’en est inspiré. Et notre vie numérique suit aujourd’hui, en grande partie, les concepts liés à ces produits.

Pour tout cela, Monsieur Steve Jobs, vous méritez que l’on vous rende un hommage planétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.